Qu’est-ce qui fait d’un vélo LOOK, un vélo d’exception ?

Visite d'un revendeur officiel

Une histoire, des origines revendiquées, un savoir-faire, des champions, des hommes et des femmes passionnées : c’est une partie de ce qui fait l’ADN de la marque LOOK et de ses produits.

C’est aussi, et surtout, ce qui a permis à LOOK de s’inscrire dans le temps comme l’un des derniers résistants français du marché du cycle. Capable de produire des vélos hauts de gamme, performants, légers et aux géométries innovantes et précises.

Parmi les premiers manufacturiers de cadres carbones dans les années 1980, la marque a veillé à évoluer avec son temps sans déroger à ses valeurs d’artisanat, clés de vélos uniques.

Pour mieux comprendre tout cela, nous sommes allés à la rencontre d’un des artisans les plus importants de la marque : le marchand de cycle.

Dans la périphérie lyonnaise, chez Frédéric Annequin, nous avons rencontré ce qu’on peut appeler un véritable passionné. Propriétaire d’un magasin qui fait office de référence dans la région depuis 20 ans, revendeur LOOK depuis 15 ans, nous avons pu discuter avec celui pour qui vendre des vélos LOOK est une fierté : « Quand t’es un revendeur passionné, tu tiens à vendre du vélo français, c’est comme ça c’est une forme de fierté. Alors moi j’ai voulu revendre des LOOK. »

Nous lui avons alors demandé ce qui, selon lui, faisait d’un vélo LOOK un vélo d’exception.

Un savoir-faire unique

Perdu au fond de son atelier entre des dizaines de vélos entreposés, accrochés, démontés, on retrouve Frédéric, en train d’effectuer une révision complète sur un 785 Huez RS. Alors qu’il remonte le pédalier, déjà il nous interpelle : « Vous avez vu comme c’est bien fait ce pédalier ZED ? C’est qu’un seul bloc, c’est inégalable en terme de rigidité. »

Si on regarde à 360°, on trouve un LOOK partout où on pose le regard. Des modèles tous neufs, des plus anciens, des anciens, des TRÈS ancien.

Parmi ceux accrochés au plafond, un cadre qui doit être là depuis aussi longtemps que le propriétaire, un KG 281 : « Pour tout le monde LOOK c’est le vélo de Jaja, de Hinault. C’est le vélo des champions français. » nous confie Frederic avec un air de nostalgie.

Pour cet ancien amateur de très bon niveau, c’est le premier signe d’un vélo de qualité : sa capacité à faire gagner les champions. Et quand il sort de sa remise un modèle replica de l’équipe KELME, il se lance dans l’inventaire de ce qui a fait des cadres LOOK, des cadres d’exception.

Le principal détail sur lequel il s’arrête est la géométrie du cadre : « C’est pas facile de faire une bonne géométrie et celle des LOOK elle est unique et elle est toujours parfaite. » et de poursuivre : « Les yeux fermés moi je peux te dire que je roule sur un LOOK ».

Et puis rapidement, ce mécanicien de « la vieille école » (qui faisait lui-même ses cadres aciers quand il était adolescent) aborde le sujet du carbone : « Le premier vélo carbone que j’ai vu c’était un LOOK. Puis ensuite, quand tout le monde a pris l’idée, le premier cadre que j’ai vu avec différents modules de carbone, c’était un LOOK. » Selon ce cycliste chevronné, c’est la grande maitrise de ce matériau phare, de « la base » comme il l’appelle qui rend les vélos LOOK incomparables en terme de confort et de rendement.

Lorsqu’il se lance au jeu des comparatifs entre le 785 Huez RS 2020 qui est exposé dans sa boutique et ce vieux KG 381, il peine tout de même à trouver des similitudes. Tout a changé et c’est pour lui « un signe que la marque a su évoluer avec son temps. » Le point commun sur lequel il gardera le dernier mot : « C’est toujours aussi bien fini. »

Clients revendeurs et marque, une histoire de passion

Lorsque l’on rentre dans cette boutique, on ne sait pas qui du client ou du tenancier a le plus d’étoiles dans les yeux devant les 3 modèles phares de la collection 2020 : un 795 Blade RS Full black, le super léger 785 Huez RS Black Red équipés de freins à disques ou le 765 Optimum, l’entrée de gamme de la marque bourguignonne qui offre à tous, le droit de rêver.

C’est le désormais connu 785 Huez RS qui est passé en revue par Frédéric devant son client qui l’écoute avec attention. Il revient sur les derniers détails techniques de la marque : les périphéries intégrées, l’arrivée des disques, l’aérodynamisme, les compositions du carbone (encore), le montage en Shimano Di2 du 785 Huez RS : « d’une grande fiabilité ».

En le voyant à l’œuvre, on comprend alors que le commerçant n’a pas fait que lire les revues techniques pour connaître les vélos qu’il vend. Et pour cause, l’homme est un ancien compétiteur. Et entre midi et deux, quand d’autres partent faire la sieste, lui enfourche le 795 Blade RS Metallic Blue, monté à la carte en Campagnolo Super Record qui dort au fond de la boutique.

Le montage à la carte, c’est d’ailleurs une des spécificités d’un client LOOK, entre autres, il nous précise : « Déjà, il faut savoir que quand un client rentre dans la boutique et qu’il roule sur un LOOK, c’est même pas la peine de lui parler d’une autre marque. En revanche, c’est une clientèle de passionnés, très exigeante. Ils veulent que tout soit parfait donc je fais beaucoup de montage à la carte. »

Cette exigence, c’est celle de ceux qui passent presque autant de temps sur le vélo que les professionnels. Des clients que Frédéric connaît très bien et dont il a toutes les exigences en tête : « C’est une clientèle de connaisseurs. J’ai des mecs ils roulent plus que certains pro. 15, 20, 25 000km par ans ! ».

Cette exigence, c’est également celle de ceux qui veulent la perfection. Et pour cela, Frédéric nous dévoile son secret pour toujours satisfaire son client : ses relations avec les équipes LOOK de Nevers.

Dealer shop Lyon - LOOK bike

Pour lui, cet échange rapide et fiable est indispensable à assurer une livraison à la hauteur des attentes du client pour un vélo (très) haut de gamme :

LOOK ça reste une famille et ça c’est important dans la relation de tous les jours.

"Quand j’ai un problème avec un LOOK j’appelle, je tombe sur quelqu’un que je connais et que je tutoie. Il est à Nevers il est pas à l’autre bout du monde. Et ça c’est pas juste une facilité pour moi. Parce qu'au final on trouve une solution pour le client et c’est ça le plus important. »