MÉCANICIENS D’ÉQUIPE PRO, LES HORLOGERS DU VÉLO – DELKO MARSEILLE PROVENCE

09/05/2019

Texte : Foucauld Duchange | Photos : Damien Rigondeaud 

Lors d’une course comme Paris-Nice, les sept coureurs sélectionnés par l’équipe Delko-Marseille-Provence ont besoin de quatre vélos chacun : un vélo pour la course, un vélo de secours sur chacune des deux voitures de directeur sportif et un vélo de chrono pour le contre-la-montre. Cela fait donc vingt-huit vélos d’exceptions à transporter de ville en ville, mais surtout à entretenir et bichonner avant et après chaque étape.

Pour être à même de répondre à ces besoins bien spécifiques, Sito, le chef des mécaniciens de l’équipe, a conçu un bus aménagé en véritable atelier roulant. A l’intérieur de ce véhicule sur-mesure, quarante supports aménagés pour les différents vélos de l’équipe et près du double pour les roues Corima. Les LOOK 795 Blade RS de la majorité des coureurs, les 785 Huez RS des purs grimpeurs et les 796 Monoblade RS du contre-la-montre peuvent donc y prendre leurs aises.

 

Sous les supports des vélos, on trouve des tiroirs comme autant de rayons d’une boutique ambulante. Il y a le rayon selles, le rayon pédales, celui des pédaliers, des cassettes, boyaux ou encore des chaînes. Dans un petit renfoncement placé sous les marches, un établi pliable permet d’effectuer les opérations les plus délicates. A l’avant, derrière le siège du conducteur, un autre espace est aménagé au profit des soigneurs. On y trouve une cuisine pour le sacro-saint café con leche des nombreux espagnols du staff et de quoi préparer les sandwiches quotidiens de tout l’encadrement. Une machine à laver et un sèche-linge tournent également à plein régime pour que les coureurs et le personnel trouvent un uniforme propre chaque matin.

A l’extérieur, en lieu et place des soutes à bagages qui équipent d’ordinaires les cars de transport, on trouve un groupe électrogène, un nettoyeur haute pression, une « soufflette » pour sécher les vélos après lavage et un compresseur pour gonfler les boyaux sans effort. Travaillant par tous les temps et parfois jusqu’à très tard dans la nuit, les mécaniciens bénéficient en outre d’un auvent qui les protège de la pluie ou du soleil, et surtout d’un éclairage intégré.

Sur Paris-Nice, Sito est accompagné de Patrice et Rémi qui passent leur première saison chez les professionnels. Venus des rangs amateurs, ils prennent le pli d’un monde où le moindre détail a son importance, ne serait-ce qu’esthétique. Ainsi, aucun Look ne prend place sur la galerie d’une voiture avec la valve des boyaux apparente. Toutes les valves sont alignées et dissimulées au niveau de la fourche pour la roue avant et des bases pour la roue arrière. Dans cette même optique, les rubans de cintre sont changés tous les jours, et l’on ne parle même pas de l’entretien des pièces techniques. Un beau vélo n’est pas sensé aller plus vite, mais il joue sur le mental. Et quand on sait le rôle du mental sur les performances…